in Food

Il y a « environ 353.000 résultats » sur Google pour cette recette. C’est beaucoup. Du coup je vais faire un condensé des 6 premiers résultats. J’ai choisi le chiffre « 6 » parce que, outre « Pyramide » qui était mon jeu télévisé préféré, j’aimais aussi très fort « Des Chiffres et Des Lettres » avec Patrice Laffont (comme par hasard c’était le même animateur pour les deux émissions, je te laisse en tirer les conclusions). Ça n’explique pas pourquoi j’ai choisi le chiffre 6 du coup. Mais en fait c’est parce que dans 353, si tu divises le 3 par l’autre 3, ça fait 1 et tu l’ajoutes à 5 et ça fait 6. Je te laisse aussi deviner la blague débile dans le titre de l’article, ça concerne aussi les maths et plus particulièrement la table 3. Bonne chance.

« Meilleurs que les cacahuètes et bien plus sains, les pois chiches grillés ont tout pour plaire. Ils sont en plus super-faciles et surtout rapides à faire. Vous allez être surpris de ne pas y avoir pensé avant. Pour les faire, c’est tout simple! » « Les pois chiches grillés donneront du soleil à vos apéros! Cette spécialité crétoise est également parfaite pour apporter du croquant aux salades composées. » « En fait, comme vous pouvez imaginer, il s’agit d’une méthode de cuisson, ancestrale et très simple. À défaut de four, on faisait griller les pois chiches dans une grande cuve couverte d’une grille avec des braises en-dessous (un peu comme les châtaignes). Cuisson de rue, rustique, souvent liée aux fêtes (par exemple en Sicile, on les vend encore ainsi durant les fêtes des Saints et cela s’appelle la Calia). » « Les pois chiches épicés se conservent quelques jours. S’ils ont tendance à ramollir, passez-les quelques minutes sur une plaque au four à 170 °C (325 °F) afin de leur redonner leur croquant. » « Je n’ai jamais consommé de drogue de ma vie, mais quand je me mets à bouffer ces pois chiches, j’ai comme l’impression que je me rapproche de ce que pourrait être une forme de dépendance extrême. » « https://www.youtube.com/watch?v=jInTZYBjcA4« 

Voilà. C’est simple et moi ça me rappelle mon grand père. Un immigré (ou « expat’  » comme on dit maintenant) venu de Monopoli dans les Pouilles en Italie pour bosser dans les mines de charbon en Belgique. C’est lui qui me faisait manger ça quand j’étais gamin.

Profite, et puis je te souhaite une journée toute douze (tu l’as?)

Laisse moi un mot ou deux.

Comment